Tout est dans le détail ? – Par Lucille Guitton

Tout est dans le détail ?
Immersion rapide dans la Résidence de l’Hôpital Nord de Marseille.

Je suis Lucille, en stage à la 27e Région pour quelques mois. J’ai voulu découvrir ce qu’était une résidence. Alors, j’ai suivi l’équipe de Marseille pendant deux jours lors de cette 3ème semaine d’expérimentation.  J’y ai découvert l’importance relative du détail. Je m’explique :

Avant de partir, j’ai droit à un petit brief de Laura, designer qui coordonne le projet : « tu vas voir, le calendrier de la semaine peut évoluer, il n’y a rien de fixé définitivement ». En effet rien n’est fixé pour mieux pouvoir s’adapter à chacun de ces petits détails qui manquent sans cesse de tout remettre en question. Une construction évolutive, qui donne  parfois l’impression de pouvoir s’effondrer. Mais que nenni !

Pour l’organisation d’un marché sur le parvis de l’hôpital, tout est pensé : il y aura du soleil ? Trouvons des parasols, quitte à passer une partie de l’après-midi en voiture autour de Marseille. Il faut des tables ? Voyons ce que peut faire l’hôpital… La première journée est totalement consacrée à régler des détails de tout ordre. Je suis au milieu d’un tas d’informations sur les projets en cours : qui chacun va rencontrer, ce qu’il faut faire pour telle ou telle chose, etc. Au sein de ce bourdonnement, j’ai le sentiment d’être sans bras. Tout est déjà lancé, comment y participer alors que je ne serais sans doute plus là quand les projets auront lieu ? Mes bras, eux, je vais le voir ensuite, me serviront bien assez.

Les abeilles s’organisent pour le grand chambardement du lendemain : le marché !
Les parasols et tables ont été trouvés. Tout à l’air de bien vouloir fonctionner. Mais le lendemain matin, un autre … « détail » : les tables ne peuvent finalement pas être utilisées. En effet, elles ont été montées dans les salles et sont trop grosses pour passer la porte. Un détail donc, qui fait que 30 mins avant l’arrivée des producteurs, l’équipe se retrouve … sans tables. Dans une quiétude étonnante, une solution sera finalement trouvée. C’est là que les bras de toute l’équipe entrent en jeux, et portent ces fameuses tables. Les porter pour l’installation, puis quatre heures après, pour le rangement… La résidence prend l’allure d’un déménagement perpétuel. Le calendrier, l’organisation, les meubles, tout est en mouvement.
La résidence est là pour bousculer le quotidien de l’hôpital. C’est cette habitude au changement perpétuel qui permet la réalisation des projets. Autrement dit : la débrouille.  C’est parce que malgré tout, l’équipe sait que si une solution ne fonctionne pas, il y en aura d’autres. Et c’est parce qu’ils croient qu’en dépit des difficultés tout finira par fonctionner, que les choses fonctionnent.

Je suis partie mardi soir, mais je suis persuadée que leurs petits bras ont soulevés d’autres tables, et géré bien d’autres détails qui font la réussite de la résidence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>